Vous êtes ici : Accueil > Espace famille > Ressources par matière > Lettres > Epreuves Anticipées de Français > Conseils pour l’oral de l’EAF
Par : lajoux
Publié : 7 octobre 2012
Format PDF Enregistrer au format PDF

Conseils pour l’oral de l’EAF

Le jour J…

Ayez sur vous : votre convocation , votre carte d’identité, le descriptif distribué par le professeur, un double exemplaire (version non annotée) des textes étudiés en lectures analytiques pendant l’année, idem pour les œuvres intégrales étudiées, le nécessaire pour écrire et une montre pour gérer votre temps. Le papier brouillon vous sera fourni. Attention : présentez-vous en avance par rapport à l’heure de votre convocation.

Accueil

Vous attendez que l’examinateur vienne vous chercher dans le couloir. Après l’avoir salué, vous lui présentez votre convocation, votre pièce d’identité et votre descriptif.
L’examinateur vous indique alors le texte à étudier et la question à laquelle devra répondre votre étude. Il peut sélectionner une partie du texte vu en classe.
Il vous indique la place à laquelle vous préparerez votre lecture analytique durant 30 minutes et ce, pendant le passage d’un autre candidat.

Préparation de la lecture analytique (30 minutes à exploiter entièrement et qui passent très vite)

Le brouillon vous est fourni. A partir de la question posée, vous réalisez une prise de notes de votre explication. Il ne s’agit pas de refaire exactement l’explication réalisée en classe : celle-ci est une piste de travail.
Utilisez le verso de la feuille seulement de brouillon. Ecrivez assez gros et numérotez vos pages. Soulignez, surlignez… votre texte afin de pouvoir vous répérer facilement et rapidement durant l’exposé (car il faudra citer des expressions précises et bien choisies !)

Introduction en 4 étapes : présentation de l’auteur et du contexte, de l’œuvre et de l’extrait/ enjeu du texte/ reprise de la question posée par l’examinateur/ annonce de votre choix : lecture linéaire (indiquez ses mouvements) ou commentaire (indiquez ses axes).
Essayez de rédiger l’introduction, les transitions et la conclusion.
NOTEZ le moment où vous ferez la LECTURE du texte (à ne pas oublier surtout !) sur votre brouillon. Il faut lire le texte avant ou après l’introduction.

Développement : NE PAS REDIGER – PRISE DE NOTES LISIBLES
Pour la lecture linéaire, avancez par mouvement en découpant le texte (ce découpage répond à la question posée par l’examinateur). Indiquez le titre de chaque mouvement et délimitez sa longueur (ligne… à ligne… ou vers… à vers…). Puis, à l’intérieur de chaque mouvement, notez les procédés principaux, les lignes des citations à faire et leur interprétation (en prise de notes).
Pour le commentaire, même démarche à partir des axes : notez bien titres des parties et des sous-parties.

Conclusion en 3 étapes : répondre à la problématique/ faire les bilan des axes/ mouvements/ ouvrir sur un autre texte de la séquence, l’œuvre ou l’objet d’étude en question, une œuvre cinématographique, picturale…
Gardez cinq bonnes minutes pour vous relire et repenser à la séquence en attendant votre passage et l’entretien.

Passage (20 minutes) (note globale communiquée sur 20)

la lecture analytique (10 minutes) notée sur 10 : vous avez ce temps pour exposer votre préparation sans intervention de l’examinateur.

l’entretien (10 minutes) noté sur 10 : à partir des questions posées par l’examinateur sur l’œuvre, la séquence, l’objet d’étude, toutes les activités figurant sur votre descriptif, vous devez développer des réponses argumentées, toujours proposer des exemples précis. L’examinateur apprécie votre culture, vos connaissances, votre capacité à dialoguer, à construire une argumentation, à nuancer votre propos. Vous pouvez vous référer à ce moment-là directement aux textes et aux œuvres que vous avez apportés mais sans perdre de temps (autrement dit, connaître l’œuvre pour ne pas chercher).

Petits conseils pour donner le meilleur de soi !

Pas de tenue vestimentaire trop estivale ni trop stricte (il faut pouvoir respirer et surtout être à l’aise !). C’est un examen.
Il s’agit d’intéresser votre examinateur et de le convaincre. Pour cela, tâchez d’être détendu(e), souriant(e), tout en restant très concentré(e) du début jusqu’à la fin. Pensez à alterner lecture de votre brouillon et des extraits du texte et à regarder le plus souvent possible l’examinateur.
Prenez le temps de parler, articuler, respirer. Une petite pause de quelques secondes est salutaire en cas de doute.
Enfin, concernant la lecture, n’oubliez pas qu’elle est un moment fondamental de votre exposé : c’est la vitrine de votre travail. Bien lire, c’est articuler, trouver le bon rythme, montrer que vous avez compris les enjeux et les nuances du texte et que vous êtes son porte-parole : incarnez-le, rendez-le vivant ! sans en faire trop, bien entendu. Tout cela nécessite un véritable entraînement à la maison (et en classe…) toute l’année.